• Appel à projet de recherche: ITTECOP 2014
  • Financement: MEEM, CIL&B, ADEME
  • Porteur de projet: TerrOïko
  • Partenaires: SEEM-CNRS et SETEC International
  • Contact: Sylvain Moulherat
  • Durée du projet: 36 mois (2015-2017)
  • Coût total du projet: 450 k€
  • Montant de la subvention: 110 k€

Actualités CIRFE

  • 16/11/2017: Présentation de "CIRFE - la modélisation des comportements animaliers et réalisme écologique" lors de la Journée nationale Territoires et transparence écologique des infrastructures, à Paris La Défense. Téléchargez le programme complet [ici] et notre présentation [pptx ici]
  • 06/11/2017: Diffusion grand public des résultats de CIRFE. Mairie Limeyrat, Dordogne. Le programme de la soirée [ici]
  • 19-20/10/2017: Présentation des résultats de CIRFE au Séminaire ITTECOP 2017, à Paris. Visionnez notre poster[pdf ici] et notre présentation [pptx ici]
  • 19/09/2017: Intervention au 19th European Congress of Herpetology, à Salzburg. Consultez notre présentation [ppt ici] [pdf ici]
  • 23/06/2017: Intervention au Colloque Ecology & Behaviour, à Chizé. Lisez notre présentation[ici]
  • 14-18/05/2017: International Conference on Ecology & Transportation, à Salt Lake City, Utah. Lisez la présentation de Yannick Autret, MEEM[ici]
  • 30/08/2016-02/09/2016: IENE Conférence Internationale sur l'écologie et le transport, à Lyon.
  • 03/10/2014: Colloque de lancement des projet ITTECOP 2014- MEEM, à Paris.
  • 03/11/2014: Séminaire "Corridors d'infrastructures, corridors écologiques?"- CIL&B, à Paris.

CIRFE

Cumul d’Infrastructures linéaires de transport terrestre et Relations Fonctionnelles Ecologiques

logo ittecop CIRFE a pour objectif de tester en conditions réelles différentes méthodologies et de comparer les capacités d’évaluation et de prédictions des méthodes proposées par la recherche scientifique en écologie dans le cadre de l'évaluation des effets cumulés d’infrastructures linéaires de transport terrestre.

Les infrastructures linéaires de transports terrestres et leurs emprises sont d’importants éléments paysagers susceptibles de structurer le paysage et d’avoir de fait des actions positives et/ou négatives sur la survie des espèces animales et végétales. Aujourd’hui, pour répondre aux attentes réglementaires européennes et nationales, il est nécessaire d’évaluer l’impact des infrastructures sur la survie et le déplacement des espèces. Si cette évaluation est complexe à réaliser dans des situations relativement simples n’impliquant qu’une infrastructure, elle l’est encore plus lorsqu’elle doit prendre en compte de multiples projets et les impacts de chacun.

La recherche scientifique en écologie a développé nombre de modèles théoriques et appliqués susceptibles d’assister les acteurs de l’évaluation des impacts de projets d’infrastructures. Cependant, la plupart de ces méthodes n’ont été ni validées ni appliquées à des problématiques concrètes d’aménagement. Il est donc complexe de savoir quelle méthode est applicable dans quel contexte et avec quelles incertitudes. Ce constat relevé par de récents articles scientifiques (2013 et 2014) est aussi prégnant chez les opérateurs de l’aménagement du territoire.

Deux méthodologies de modélisation du fonctionnement des populations autour d’une même autoroute mènent à deux résultats assez différents. Laquelle de ces méthodes permet la meilleur évaluation dans le contexte de cette étude ? Cette différence de précision engendre-t-elle des différences significatives de l’appréciation des impacts ? Quelles méthodes sont en mesure de détecter de façon pertinente, les effets de barrière et les effets de corridor ? Le coût d’application de ces méthodes est-il proportionné aux variations de précision des évaluations ?... Autant de questions auxquelles CIRFE a pour objectif de répondre d’ici à fin 2017.

La méthodologie générale :

Le projet CIRFE va suivre des populations de féronies noires, sonneurs à ventre jaune et myrtils à l’aide de méthode de capture marquage recapture et de génétique des populations durant les 3 années du projet. En parallèles, les différents outils de modélisation issus de la recherche seront appliqués à ces espèces et les résultats issus de ces outils seront confrontés aux données réelles collectées sur le terrain.